L'aéronautique militaire en photos

       

 update :5 janvier 2014                                         Mirage F1CR et F1C

En 2014, le Mirage F1CT n'est plus en service. Il ne reste qu'une poignée de Mirage F1CR et 2 ou 3 Mirage F1B à Mont de Marsan. 

 

Les Mirage F1CR de reconnaissance et les Mirage F1CT d'assaut, versions les plus modernes du F1 ont équipé la 33ème Escadre de Reconnaissance de l'Armée de l'AIr .  La base aérienne112 de Reims  a abrité les escadrons de reconnaissance ER 1/33 "Belfort" et ER 2/33 "Savoie", les F1CT sont basés à Colmar où ils équipent les escadrons de chasse 1/30 "Alsace" et 2/30 "Normandie-Niémen".Quelques exemplaires de chaque type ont été utilisés par l'EC 5/330, basé à Mont de Marsan. D'autre part, le 3/33 "Lorraine" a reçu une dizaine de F1CT destinés à remplacer les F1C retirés au cours de l'été 2003. Ces derniers ne resteront que 2 ans puisqu'ils retournent à Colmar en été 2005 suite à la mise en sommeil du Lorraine. actualité

 

F1CR 622 33 NH  décollage.JPG (50440 octets) F1CR 647 en vol.JPG (63629 octets) F1CT 223 roul.JPG (56346 octets)
F1CR 622 du 2/33 saisi au décollage de sa base de Reims. Il porte l'insigne de la C53. Mai 2001. Photo YF Une patrouille de F1CR du même escadron en vol au dessus de l'est de la France en 1997. Photo YF F1CT 223/30-QT du Normandie-Niémen au retour d'une démonstration de bombardement à la bombe de 400kgs sur le champ de tir de Calamar.  A l'arrière plan, les colonnes de fumée marquent l'impact des munitions... Cazaux, septembre 1994. Ph. YF
F1CR 622  from ER 2/33 seen during taking-off from Reims air base in may 2001. It wears the insignia of C53  flight. Patrol of 2 F1CR of ER 2/33 banking high above the east of France in June 1997. F1CT 223/30-QT from "Normandie-Niemen" squadron taxiing after a bombing mission on the  "Calamar" range of Cazaux. In the background can be seen the smoke after explosions of 400kgs  bombs ! September 1994.
F1CT 265 30-SH.JPG (66165 octets) patr F1CT recadré.JPG (45564 octets) F1CT 252 décol.JPG (47327 octets)
En perche droite, F1CT 265/30-SH de l'Alsace, en 1997.Photo YF Une patrouille de l'Alsace en attente de ravitaillement. Photo YF

Le 252/30-SK de l'Alsace au décollage lors du T.A.M. à Toul, en septembre 1995. Photo YF

F1CT 265/30-QH from “Alsace” squadron seen from a tanker during 1997. Patrol of 2 Mirage F1CR of “Alsace”  waiting for an air refuelling. F1CT n°252/30-SK from EC 1/30 "Alsace" taking-off  from Toul during the Tactical AIr Meet 1995.
F1 CR et ASTAC.jpg (56568 octets) F1 CR BR 244 decolle.jpg (64872 octets) F1CR 649 Cazaux.jpg (76248 octets)
Le 642/33-NC se pose avec une nacelle 'ASTAC' en position ventrale. Reims, mai 2000. YF Le 641/33-CD P.C. allumée. L'insigne est celui de l'escadrille BR 244. Sept.1999. YF Le 649 au roulage à Cazaux. Il emporte 12 bombes BAP . Sept. 1999. YF
Mirage F1CR  642/33-NC from  2/33 landing at Reims. It carries an “Astac” pod. May 2000 F1CR from ER 1/33  shows the insignia of BR 244 flight. In full after burner, it leaves Reims runway during September 1999. N° 649 taxiing at Cazaux. It carries 12 BAP 100 bombs. This aircraft belongs to ER 1/33 "Belfort", and  wears the insignia of SAL 33 "Battle Axe". September 1999
F1CT 278 Mulhouse.jpg (70283 octets) F1CR 607 sable roulage.jpg (62020 octets) F1CR 661.jpg (65495 octets)
Nouveauté sur les F1CT de l' "Alsace", les insignes d'escadrille, Colmar, Strasbourg et Mulhouse, portés uniquement sur le côté gauche, le droit conservant le blason de la province. Ici, le 278 porte les armoiries de Colmar. St-Dizier, octobre 2003. YF Le 607 nous montre le Petit Prince sur un camouflage 'désert' flambant neuf ! Strasbourg, 29 juin 1986. YF Le n° 661/33-NE du 2/33 avec l'insigne de la 'Mouette' de la SAL 6 saisi au roulage à St-Dizier. octobre 2003. YF
Some Mirage F1CT from “Alsace” Squadron wear, on port side only, a new flight insignia  : the arms of the 3 main towns of Alsace province (Colmar, Strasbourg and Mulhouse). Here can be seen the Colmar insignia. A brand new desert camo. scheme on this F1CR of 1/33 on 29th June 1986. This aircraft (n°607) was the first one to be painted with these new colours.  Also seen during Opera exercise, this F1CR shows us the insignia of SAL 33 (the seagull) . N° 661/33-NE of ER 2/33 "Savoie".
 

                                                                                                                                                                                                  

                                                            

F1CR 660 en vol.jpg (64538 octets)
F1CR n°660 du 2/33 en vol. juin 1997. Photo YF

Mirage F1CR n° 660 from ER 2/33 "Savoie" during a flight in June 1997. 

Photo YF

                                                  

F1Ct 233 1 13.jpg (63269 octets)

F1CT n° 233 13-QG du 1/13 "Artois" de passage à Bagotville, en juin 1993. Arch.YF

N°233 from EC 1/13 "Artois" seen at Bagotville during June 1993. YF files

 

pallier ressource.jpg (59189 octets)
Attaque en pallier ressource d'une paire de Mirage F1CT. Les bombes -de 400kgs- sont  faiblement visibles (le photographe est à distance de sécurité, pas fou !!). Les leurres sont tirés par l'ailier. Photo  YF
Two 400kgs real bombs are delivered by these 2 Mirage F1CT. Only the wingman fires flares...Ph. YF

                    1999, la crise du Kosovo

            Lors de ce conflit, les Mirage F1CR ont été utilisés pour des missions au-dessus de la Serbie et au-dessus de la province du Kosovo. Dans le premier cas, il s’agissait essentiellement de missions ELINT (Electronique INTeligence), avec nacelle ASTAC, destinées à détecter l’activité électromagnétique le long de la frontière entre Serbie et Kosovo ou la surveillance des radars serbes autour de Belgrade et Metroviça par exemple. Des missions plus classiques, comme des reconnaissances photo ‘post strike’, étaient effectuées au-dessus du Kosovo. Ces vols optiques étaient toujours effectués à deux avions, le leader ayant en charge la mission photo, l’ailier se chargeait de la surveillance. Ils se déroulaient en général à une altitude de sécurité d’environ 22000 pieds (6600 mètres) et à la vitesse de Mach 0,85. Le plancher était fixé à 5000 mètres. Malgré tout, la présence de reliefs, culminant pour certains à prés de 2500 mètres, constituait une menace, car la possibilité de se faire accrocher par des missiles sol air portables devenait ainsi réelle. De plus, dés le début du conflit, les radars serbes étaient très présents, les avions étant systématiquement « éclairés », mais cette menace a progressivement diminué au fur et à mesure de l’accentuation des attaques de l’OTAN !

                Toutes les missions de reconnaissances se sont effectuées à partir de la base de Solenzara, en Corse. Pour une mission au-dessus du Kosovo, le cap est mis au nord-est dés le décollage pour une traversée de l’Italie. A la verticale de Pescara, le cap est mis à l’est et à environ 75 km au large (vers 15° de long. Est), la patrouille s’oriente au sud-est pour longer la côte orientale de l’Italie jusqu’à Brindisi. Au passage de cette ville, un virage à 90° sur la gauche amène les appareils dans la zone où s’effectue alors un premier ravitaillement en vol après 1 heure de vol (H+1h). Puis, l’extrême nord de l’Albanie est traversé pour une entrée sur le Kosovo aux environs de Diakoviça. La sortie de zone s’effectue au même endroit, environ 2 heures après le début de la mission. Un deuxième ravitaillement a lieu 15 minutes plus tard (H+2h15), la route suivie au retour est la même qu’à l’aller (passage Brindisi puis Pescara) et retour sur Solenzara après environ 3 heures et 15 minutes de vol.

                Une mission à destination de la Serbie s’effectue au départ de la même façon que la précédente, toutefois au large de Pescara, le cap est mis au nord-est pour un premier ravitaillement en vol au-dessus de l’Adriatique, 40 minutes après le décollage. La Bosnie est traversée et 1 heure et 30 minutes après le décollage, la Serbie est survolée. La sortie s’effectue au même endroit que l’entrée, aux environs de H+2h. La route du retour est là aussi identique à celle de l’aller. Le deuxième ravitaillement a lieu à H+2h30, pour un retour sur la BA 126 environ 3h et 10 minutes après le décollage. Nous voulons bien croire que ces missions ont pu être jugées fatigantes par les équipages !

Le radar RAPHAEL n’a été que peu utilisé, et principalement le long des côtes du Monténégro. Les très nombreux et importants reliefs de cette région des Balkans expliquent entre autres cette faible utilisation, la portée et la précision du système étant alors fort limitées. Le capteur infra rouge ‘Super cyclope’ quant à lui, n’a pas été utilisé.

                La dernière mission est effectuée le 10 juin 1999, sur Pristina et ses environs. YF                

Alsace F1CT de profil en vol.jpg (62228 octets) HISTO ALSACE 1 F1CT en vol.jpg (78065 octets)
Niveau 250, une patrouille de Mirage F1CT de l' Alsace se rassemble un court instant sur son ravitailleur (pour faire plaisir au photographe !). Photo Yves Fauconnier, mai 2002. Le 251/SM, très dépouillé, en perche droite le 31 mai 2002 sur l'axe 'Simone'. Photo YF, mai 2002.

 

ME CONTACTER ? / send me an e-mail ?

marqueur eStat'Perso RETOUR AU PLAN DU SITE 

     Accueil Remonter La BA 112 Reims Historique du 1/33 Historique du 2/33 Historique Alsace Normandie Niemen                                                         

Copyright © 2006 à 2012 Yves FAUCONNIER